Minute décryptage.

Quand le développement personnel parle de Michel Foucault

par Virginie Lethier

Je vous vois venir : en jetant un œil distrait à l’illustration ci-dessus, vous avez pensé que j’allais vous proposer un billet à charge contre l’antiféminisme dans les ouvrages de développement personnel, en m’appuyant sur le superbe travail d’Irène Jonas (2006)… Raté.

Non, j’aimerais que l’on se frotte aujourd’hui à un trait caractéristique du discours du développement personnel (DP) : son attrait tout particulier pour le discours scientifique, qu’il cite à tout-va. Cette caractéristique vous a certainement déjà frappé à la lecture d’ouvrages, d’articles en ligne ou à l’écoute d’interviews ou de conférences de DP. Cet attrait est bien entendu lié à la problématique de la légitimité. Il est acquis dans l’état de l’art qu’un des enjeux, pour le développement personnel et ses promoteurs, consiste à se doter d’une image positive, en réaction à de nombreuses critiques le réduisant, ici ou , à une pratique mercantile ou à une pseudo-science inepte.

Pour ma part, en considérant rapidement un texte de développement personnel – dont l’illustration figure en tête de ce billet et que vous pourrez retrouver ici – , j’aimerais vous proposer quelques grandes pistes pour repérer les tensions susceptibles d’émerger lorsque la (re)présentation du discours scientifique est soumise à un objectif de légitimation d’un point de vue. Pas en général et dans l’absolu, mais dans le cas particulier d’un certain genre (celui de l’article prétendant relever de la vulgarisation scientifique) inscrit dans un dispositif bien particulier (un magazine numérique de développement personnel).

Soyons clair : le texte que j’ai sélectionné propose un dévoiement radical de la pensée scientifique (certes complexe) de Michel Foucault sur le souci de soi, mais mon objectif ne sera pas ici de le démontrer. Je souhaite plutôt ici faire un focus sur les tensions qui traversent ce texte et qui peuvent générer ce dévoiement. Et au passage, partager avec vous quelques réflexes méthodologiques et certains concepts de l’analyse du discours.

En savoir plus sur nospensees.fr

Le texte « Le souci de soi est un signe de liberté, selon Michel Foucault » a été publié le 2 juin 2017 sur nospensees.fr, site se présentant ici comme un « magazine numérique de psychologie et de développement personnel », appartenant au Groupe MContigo, « une entreprise mondiale dédiée au bien-être des personnes ». Une recherche complémentaire sur la page officielle de ce groupe nous permet d’observer que ses activités sont en fait beaucoup plus larges, allant du développement digital au marketing, en passant par le design. Et l’occasion d’apprendre que le site nospensees.fr a un parfait jumeau en langue espagnole, qui totaliserait plus de 11 000 000 de vues mensuelles.

Allons jeter un œil au jumeau espagnol du site nospensees.fr.

La visite de la version espagnole du site est importante pour mieux cerner la chaîne d’écriture des articles, sur laquelle aucune information n’est disponible sur le site français. Les articles sont d’abord publiés en espagnol par un.e. journaliste (ici, Edith Sánchez) puis validés par un.e. spécialiste disciplinaire garant.e. de la scientificité du contenu (ici, la psychologue Gema Sánchez Cuevas). Ensuite, les articles publiés sur le site espagnol sont traduits en français, sans que les modalités et le responsable de cette opération soient précisés.

Les articles en langue française publiés sur nospensees.fr sont ensuite relayés sur les réseaux sociaux, notamment grâce à une page Facebook, suivie par 509 146 personnes au 02/04/2020.

Tout comme sa version espagnole, le site nospensees.fr articule deux offres : des cours payants et des articles d’informations gratuits. Cette double offre doit attirer notre attention et nous interroger sur les tensions qui traversent le contrat de communication médiatique de l’offre rédactionnelle de nospensees.fr : la sélection et le traitement de l’information opérés n’auraient-ils pas moins pour visée de permettre au lecteur de se « faire une opinion » que de le faire souscrire au développement personnel ? Les logiques marchandes et d’influence à l’oeuvre nous amènent, a minima, à envisager les articles de nospensees.fr comme chargés de capter un public qu’il s’agit de rediriger vers une offre de services qui, elle, est source de revenus financiers.

Interroger l’identité éditoriale de nospensees.fr

Intéressons-nous maintenant à l’identité éditoriale du magazine numérique, qui résulte de la combinaison de différents construits discursifs, parmi lesquels le rubriquage.

En effet, s’il permet de classer l’information, le rubriquage participe à construire l’identité du magazine numérique. En l’occurrence, le magazine s’appuie sur un système de sept rubriques reposant sur des critères disciplinaires (« psychologie », « neurosciences ») et thématiques (« relations humaines », « bien-être », « santé », « culture », »travail »). Plus, le rubriquage permet d’observer la façon dont nospensees.fr « découpe » le monde et donne de la valeur à certains éléments. Par exemple, la « philosophie », intégrée dans les mots-clés de référencement du magazine, n’est pas érigée en rubrique à part entière. Non, cet honneur est réservé à la psychologie et aux neurosciences, auxquelles le site consacre une importante toute particulière.

Ces deux rubriques sont d’ailleurs largement valorisées par leur emplacement (la psychologie ouvre le discours du site sur le monde, qui se referme sur la rubrique « cours ») et par leur volume : la rubrique « psychologie » comptabilise plus de 175 pages d’articles, contre 17 pour la rubrique « relations humaines ». De quoi parle-t-on dans la rubrique « psychologie » ? Réponse : d’absolument tout. De pornographie, des politiques d’inclusion des personnes handicapées, des services sociaux dans la lutte contre la pauvreté, etc. Tout y passe. Ou plutôt tout passe par le prisme de la psychologie. Le politique, le social, le culturel sont subsumés à la psychologie parce que construits comme des faits psychiques.

Vue sur les sous-rubriques et des thèmes traités dans la rubrique « Psychologie » de nospensees.fr

C’est également sous la rubrique « Psychologie » qu’est hébergé… l’article centré sur la pensée du philosophe M. Foucault.

Transmettre des connaissances scientifiques ?

Le rubriquage du site matérialise sa fonction d’interface entre les sciences et le grand public, en toute cohérence avec son discours programmatique. En effet, la présentation de la ligne éditoriale du site français met en avant une activité de transmission de connaissances scientifiques vers des non-spécialistes, qui recouperait ce que l’on nomme « vulgarisation » ou « médiation » scientifiques :

« Nos Pensées offre un contenu spécialisé dans le domaine de la psychologie à travers des articles et des cours en ligne donnés par des références internationales. Notre but est de rapprocher la psychologie et les gens d’une manière pratique et simple, mais rigoureuse. Nous voulons être à la fois une source d’information et de soutien pour tous les lecteurs qui s’intéressent à ces sujets. »

Il est intéressant de noter dans le passage ci-dessus que cette activité de transmissions de connaissances a pour finalité, non seulement d’informer les lecteurs curieux d’en savoir plus sur la « psychologie », mais de leur apporter une forme de « soutien ». Sans qu’elle l’affiche comme objet principal du message, cette présentation véhicule l’idée que, d’une part, les lecteurs sont en quête d’assistance pour répondre à certains besoins non-satisfaits ; d’autre part, que l’information entretiendrait des liens forts avec l’action. S’informer permettrait ainsi au lecteur d’agir sur son environnement et de répondre à ses besoins.

Qu’entend-on, traditionnellement, par le terme de « vulgarisation scientifique » ? Bien souvent, on tend à l’envisager à tort comme une simple opération de traduction d’un discours de spécialité opaque en un autre discours accessible à un lectorat non-spécialiste. Cette conception est néanmoins naïve, ainsi que le rappelle avec justesse Marianne Doury, linguiste qui s’est attachée à penser la dimension argumentative de la vulgarisation scientifique. On tend en effet bien souvent à adopter une position naïve se focalisant sur la terminologie scientifique (le fameux « jargon » savant), que le médiateur aurait à « traduire » en termes simples et accessibles. Or, ce « jargon » n’est qu’un des nombreux symptômes attestant des logiques très différentes qui président au discours scientifique et au discours de vulgarisation scientifique. Je mettrais définitivement à l’épreuve votre patience en me lançant dans une explicitation de ces logiques différentes dans les limites de ce billet ; je vous propose donc plutôt de réfléchir rapidement à l’horizon (communicationnel, énonciatif) qui est celui du discours de vulgarisation scientifique.

La première caractéristique du discours de vulgarisation scientifique est d’être un discours qui ne peut pas exister sans qu’un autre l’ait précédé. Plus précisément, le discours de vulgarisation scientifique est un discours qui parle à partir et à la place d’un discours autre, d’un discours-source, comme le formule Jacqueline Authier-Revuz. Sans thèse de doctorat, sans article scientifique, pas de discours de vulgarisation scientifique. Plus, selon J. Authier-Revuz, l’ADN du discours de vulgarisation scientifique est d’avoir pour objet ce discours autre : son horizon, par essence, est de le reformuler. On voit donc que le discours de vulgarisation ne peut donc être considéré comme un « double » du discours scientifique mais qu’il figure un discours dédoublé : il est un discours qui énonce tout en énonçant un autre discours. Si l’on préfère, le discours de vulgarisation scientifique est une double mise en scène : d’une part, une mise en scène du discours scientifique et, d’autre part, une mise en scène de lui-même, d’une activité de vulgarisation en train de se faire.

Voilà donc pourquoi l’ambition de « fidélité » d’un article de vulgarisation scientifique est illusoire, et pourquoi il n’est pas tant question ici de se lancer dans un commentaire de texte sur le dévoiement de la pensée de M. Foucault opéré dans cet article, que de mettre au jour des images. L’image de la science qui se construit dans cet article de vulgarisation bien entendu, mais surtout l’image de la pratique de transmission que celle-ci construit d’elle-même au terme de différents procédés discursifs qui s’agit de repérer.

Rapide survol du format et de la structure de l’article

Cet article, relativement court (un peu moins de 900 mots), se fonde sur un plan de texte en apparence très classique.

Pourvu d’un titre, l’article semble structuré autour d’un plan de texte progressant de façon cohérente vers une fin : après une phase d’introduction, le corps de texte apparaît structuré autour de trois parties se démarquant systématiquement par un intertitre valorisé par la typographie.

L’homogénéité de chaque bloc de texte et par suite, la progression du texte, se révèlent cependant très rapidement fragiles, ce que l’on peut noter dès une première lecture attentive de l’introduction.

Cette introduction contient un énoncé métacommunicationnel cohérent avec le titre qui la précède, posant comme source et objet du discours la pensée de M. Foucault. Dans le même temps, cet énoncé (« Cet article essaie de retracer les concepts basiques […] ») montre l’activité de transmission en train de se faire, ce qui est, en passant, l’un des procédés discursifs classiques du discours de vulgarisation scientifique. On remarquera que cette introduction s’écarte néanmoins des traits traditionnels de ce type de discours par sa faible teneur incitative : pas de phrase d’accroche, pas de structure interrogative employée pour mettre en scène l’anticipation des questions des lecteurs, par exemple. Le lecteur modèle de cet article semble correspondre à un lecteur extrêmement motivé… et patient.

Patient, parce que le fil logique de l’introduction est immédiatement coupé par une citation intercalaire d’un certain Joseph Leonard, à qui l’on devrait la petite phrase aux allures sentencieuses :

L’être humain passe la première moitié de sa vie à ruiner sa santé et la deuxième moitié à essayer de la rétablir.

Ce fragment aphoristique fait saillance, en cela qu’il opère une rupture dans la progression du texte, dont il se distingue par sa brieveté, sa mise en valeur typographique, sa consistance stylistique, son genre. Une telle variation, parce qu’elle est altération, mérite toute notre attention car elle est un lieu de bascule. Le titre et l’introduction de l’article nous promettaient un cadre de validité précis, délimité, contestable : celui de la pensée de M. Foucault. L’aphorisme lui, universel et intemporel, nous projette dans la vérité générale, dans un savoir se présentant de lui-même comme incontestable, et nous déplace vers la morale.

Ce passage « du coq à l’âne » ne signifie pas que l’auteur de l’article en est un. La question n’est pas là, vraiment. La question est plutôt de savoir si l’on observe, ailleurs dans le texte, d’autres mises en tension des cadres de validité, d’autres entrechoquements de fragments discursifs qui laissent apparaître le point de vue de l’auteur.

Avant d’examiner le texte en ce sens, je vais m’autoriser, moi aussi, à rompre le fil logique de ce texte. « Il y a une petite chose qui me turlupine », aime à dire, l’air de rien, mon enquêteur de fiction préféré. Ce qui me turlupine, c’est que si cet aphorisme me semble familier (certainement parce qu’il fait résonner dans ma mémoire des proverbes partageant la même construction), et bien, vous voyez, perso, je ne connais pas Joseph Leonard.

Premiers essais de recherche en ligne des traces textuelles de l’aphorisme. Chou blanc. Jusqu’à ce que je traduise l’aphorisme en anglais, pour trouver sa première occurrence (sur Pinterest) dans une publicité (à gauche, ci-dessous) associée au prestataire d’offres de santé Sharp HealthCare, localisé à San Diego, pour laquelle travaille Joseph Leonard, médecin de profession (en photo ci-dessous).

A la recherche de Joseph Leonard

Ce petit détour sur la source et le contexte de production de la citation intercalaire pointe que le montage des voix opéré par l’auteur de l’article entremêle ici discours scientifique et discours publicitaire, philosophie et médecine. Trouve-t-on ailleurs dans le texte d’autres lieux où les frontières entre ces discours s’entrechoquent ?

Rechercher les traces de l’activité de reformulation

L’article affiche avoir pour objectif de « retracer les concepts » clés (pluriels et bien identifiés ainsi que le suggère le déterminant défini) structurant la pensée de M. Foucault. Commençons donc par rechercher les traces les plus évidentes d’une telle entreprise.

Première remarque : ces concepts ne sont pas repérables visuellement, pas plus que ne l’est la posture métalinguistique du rédacteur de l’article. « Visuellement », car d’un simple coup d’œil, le mouvement d’arrêt sur les concepts devrait normalement se signaler par des indices comme des guillemets, qui marquent le fait que tel mot vient d’ailleurs ou que le scripteur va le tenir à distance, pour mieux en expliquer ensuite le sens dans un mouvement de formulation. Rien de tel dans cet article.

Dans un environnement numérique, le signalement des « concepts » pourrait être marqué par des hyperliens : or, si l’on trouve bien quatre formes lexicales associées à des liens (« responsabilité », « vérité », « réalité », « liberté »), ces derniers ne renvoient pas vers des définitions touchant au système conceptuel de M. Foucault. Les liens redirigent simplement le lecteur vers d’autres articles publiés sur nospensees.fr.

Les concepts de M. Foucault sont ainsi totalement invisibilisés dans cet article, à tel point que le concept de « souci de soi » n’est à aucun moment signalé comme lui appartenant. Il faut attendre le 11e paragraphe pour savoir qu’il correspond d’ailleurs à un concept. Celui-ci, pourtant central dans la pensée de M. Foucault, est posé comme « allant de soi », comme quasiment « transparent » pour tous. Si le terme de « souci de soi » est bien posé comme horizon de l’article dès le titre (« Le souci de soi est un signe de liberté, selon Michel Foucault »), on remarquera que le texte tarde à fournir un élément de définition lexicale ou encyclopédique permettant de saisir le référent du « souci de soi », ou si l’on préfère, ce à quoi il correspond, ce qu’il est et n’est pas concrètement. On considérera ainsi les tentatives de définition suivantes relevées dans l’article, en veillant à remarquer leur caractère très approximatif et leur emplacement dans le texte :

Paragraphe 5 : Ce souci de soi est quelque chose que seul le propre sujet peut s’apporter. C’est une manière de s’appartenir soi-même, d’être soi.
Paragraphe 12 : Le souci de soi inclut beaucoup de sphères qui sont liées au bien-être comme par exemple, les besoins, les émotions, la santé, les comportements, les valeurs etc. Nous parlons ici de tout ce qui permet d’améliorer notre qualité de vie et qui ne nuit pas aux autres.
Paragraphe 13 : Le souci de soi est une attitude qui correspond à tous nos besoins qu’ils soient d’ordre intellectuel, physique, spirituel, émotionnel etc.

Encore une fois, l’organisation du texte et sa progressivité interpellent, et par suite, sa teneur didactique. Si l’objectif central de l’article visait bien à transmettre au lecteur la pensée de M. Foucault sur le « souci de soi », ne devrait-on pas trouver très tôt dans le texte une véritable activité de reformulation et de définition de ce concept ?

Ce qu’il est intéressant d’observer est que la proposition contenue dans le titre est en revanche martelée au fil du texte :

Paragraphe 1 : Cet article essaie de retracer les concepts basiques que cet auteur a développés concernant le souci de soi comme un signe de liberté.
Paragraphe 3 : En termes généraux, Foucault se réfère au souci de soi comme un signe de liberté.
Paragraphe 11 : Le concept du souci de soi est un signe de liberté, car il part de la conscience et d’un ensemble de décisions que nous avons prises durant notre vie.

Deuxième remarque : aucune des possibilités de l’écriture numérique n’est exploitée pour articuler les textes-sources de M. Foucault à l’article qui ne contient ni note de bas page, ni bibliographie… En d’autres termes, cet article ne renseigne aucunement sur le discours-source qu’il se fixe pour objectif de reformuler.  

Contextualisation vs cadrage

Plus largement, c‘est en vain que l’on recherchera, dans l’article étudié, des repères sur le contexte de production de la pensée de M. Foucault. Vous pourrez m’opposer ici que l’article nous donne quand même quelques éléments de présentation de M. Foucault. Ces éléments relèvent cependant plutôt d’une opération de cadrage de la source en vue de l’ériger en figure de garant. Cette valorisation s’opère de façon très classique par le recours à plusieurs superlatifs insistant sur la notoriété de M. Foucault (« l’un des penseurs les plus influents du XXème siècle », « l’un des auteurs les plus lus »), et à des adjectifs mélioratifs (« immense héritage »).

Vous noterez que le point de vue de M. Foucault est mis en scène comme un positionnement à contre-courant. Son positionnement est mis en scène comme polémique puisque celui-ci aurait donné lieu à « de longs débats enflammés » au sein des sciences humaines. En filigranes, le rédacteur propose donc un cadrage conceptuel opposant des théories dominantes – qui se démarqueraient par leur caractère convenu, quasi superficiel – , de théories plus subversives, « authentiques », « critiques », commises notamment par M. Foucault.

De quoi ce cadrage conceptuel est-il la marque ? Ce cadrage serait-il propre aux « nouveaux » dispositifs numériques de communication scientifique ? C’est une première possibilité… Une autre hypothèse me semble tout aussi légitime à formuler : ne pourrait-on pas penser que ce type de cadrage « convenu vs à contre-courant » serait privilégié par le discours du développement, en vue de se légitimer en réaction aux fortes critiques que les sciences humaines formulent à son égard ? En d’autres termes, est-ce que le cadrage « convenu vs à contre-courant » serait le lieu d’un travail d’une nouvelle image de soi répondant à l’image préalable du DP ? Pour vérifier cette hypothèse, il me faudrait bien entendu pouvoir travailler sur un corpus élargi et vérifier la régularité de cette stratégie de cadrage dans différents genres investis par le DP.

Traquer les voix en présence

Revenons à nos moutons d’aujourd’hui, en nous concentrant sur la façon dont est mis en scène le discours scientifique dans l’article.

Que l’article étudié ait pour objet le discours de M. Foucault sur le souci de soi était promis (si ce n’est pas l’horizon d’attente générique du lecteur) par son titre, supposé fixer un horizon énonciatif tout autant que résumer le contenu essentiel de l’article. Dans le texte, différents autres marqueurs tels que « Selon|Pour » correspondant à ce que l’on nommera, d’après J. Authier-Revuz, des « marqueurs de modalisation en discours second », participent à exhiber le fait que le rédacteur parle à partir de ce discours-source qu’il prend pour objet. Lorsque ces marqueurs ne sont pas utilisés, ce sont des verbes de parole (« signaler », « affirmer », « se référer ») qui introduisent le discours rapporté. Cependant, où s’arrête dans les faits (ou plus exactement, dans les énoncés) le discours rapporté ? La question se pose en effet avec acuité dès lors que l’on se place à l’échelle du paragraphe :

En termes généraux, Foucault se réfère au souci de soi comme un signe de liberté. Il signale l’importance du corps-esprit comme une unité transcendante et singulière. Nous existons pour générer de l’auto-conscience et de la responsabilité envers notre propre vie. Pour cela, il est nécessaire de réaliser un processus d’apprentissage et de passer par un grand nombre de situations où cet apprentissage est mis en pratique.

On repérera sans difficulté que les deux premières phrases de ce paragraphe correspondent à une séquence de discours rapporté, même si celle-ci se présente matériellement sous une forme attestant d’un très fort degré de reformulation. La construction utilisée correspond à un cas limite de discours indirect construit à partir d’un verbe de parole et d’une complétive nominale (en bleu), œuvrant à une homogénéisation syntaxique et énonciative. En clair, cette construction permet au rédacteur de reformuler une pensée de façon condensée avec ses mots à lui (et non ceux du scientifique). Pour reprendre une jolie expression de J. Authier-Revuz, le rédacteur « fait passer » par ses mots à lui ce qui a été dit par M. Foucault. En l’occurrence, les propos de M. Foucault passent ici vers le lecteur par le filtre d’une terminologie relevant du mysticisme et de l’ésotérisme (« corps-esprit », « transcendante », « auto-conscience »).

C’est au lecteur de débusquer, dans ces deux phrases, l’origine de ces mots et les domaines dont ils sont issus, sans être particulièrement guidé par le rédacteur. Celui-ci, en revanche, explicite le caractère approximatif de l’activité de reformulation dès la première phrase : le marqueur (en vert), placé en tête de la première phrase (« en termes généraux », équivalent d’un « grosso modo »), exhibe tout autant l’activité de reformulation en train de se faire qu’il la cantonne à une reformulation dite « en substance » (X n’a pas dit les choses exactement comme cela, mais dans l’idée…).

Il est beaucoup plus délicat de déterminer où s’arrête le discours rapporté. Qui parle (et d’où) dans les phrases qui succèdent à cette séquence ? Dans ces phrases (en violet), pas de verbe de discours rapporté, pas d’indices permettant au lecteur de repérer d’où ça parle. À l’inverse, pas de marques explicites signalant le passage à un discours autonome… Force est de reconnaître le régime d’ambiguïté de ce passage, en raison d’une dissolution de l’énonciation se faisant l’indice d’une énonciation dissolue. Si dans les phrases précédentes, nous observions un effacement des marques les plus évidentes de la subjectivité du rédacteur, la séquence en violet voit resurgir la manifestation de l’énonciation du rédacteur, ce que l’on perçoit en premier lieu du fait de l’emploi du pronom personnel « nous ». Celui-ci réunit le rédacteur et le lecteur dans une entité inclusive dont la prétention universalisante est actualisée par un présent gnomique : nous voici donc projetés dans la vérité intemporelle et morale. Cette règle morale érigée, c’est un principe permettant de l’atteindre en pratique qui est ensuite proposé au lecteur. Sous la froide apparence d’une construction impersonnelle, fixant le cadre du possible et de l’impossible, du nécessaire et du contingent grâce à une modalisation aléthique (« il est nécessaire »), c’est effet bien un principe normatif de comportement qui est formulé.

Je vous laisse vérifier, dans la suite de l’article, le caractère systématique de ce mouvement énonciatif, ayant pour point de départ le cadre du discours-source exhibé et pour point d’arrivée des énoncés modalisés soutenant l’édiction de principes et de normes. Ce mouvement atteint son climax dans la conclusion de l’article, où dominent la modalité déontique et le cadre de l’obligation morale :

Le souci de soi doit être un comportement naturel et essentiel de tout être humain, car c’est déterminant pour habiter ce monde. 
[…]Il ne faut donc pas négliger cet aspect : il est indispensable d’apprendre à prendre soin de soi. C’est la base du soin que nous offrons aux autres.

Pour ne pas conclure…

Tout au long de ce billet, je me suis bien gardée d’affilier l’article étudié au discours de la vulgarisation scientifique, que l’on ne saurait de toute façon envisager comme une catégorie figée ou strictement délimitée, ainsi que le rappelle avec justesse Marianne Doury. Je me suis cantonnée à survoler quelques procédés (méta)discursifs mobilisés pour suggérer l’air de famille que cet article entretenait à ce type de discours.

Ce petit survol permet d’observer que si la pensée de M. Foucault est exhibée comme la source et l’objet de l’article, elle n’est cependant que prétexte. L’œuvre de M. Foucault figure un prétexte permettant de véhiculer des normes de comportement dispensés dans des fragments discursifs à l’énonciation brouillée, des « principes de vie » dont la légitimité serait validée par le discours scientifique affiché comme source. Quand on connaît un peu le pourquoi du comment M. Foucault s’est intéressé au souci de soi, ça pique.

Toutes ces lignes pour vous dire donc que le contrat didactique qui est mis en avant dans le discours programmatique du site nospensees.fr, construit dans son rubriquage, ne se matérialise pas par les traces discursives traditionnelles de la didacticité. Cette situation pour le moins paradoxale confirme la nécessité de prendre de la distance avec la visée affichée par ces articles qui ne transmettent pas les connaissances scientifiques qu’ils disent avoir pour objectif de transmettre. Leur visée véritable ne serait-elle tout simplement pas de montrer une activité de transmission, pour suivre une piste ouverte par Jacqueline Authier-Revuz ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.